Brèves du réseau

L’Espace test agricole en Touraine : oĂč en est-on ?

Inpact37

Le 3 avril, devant une assemblée composée majoritairement de collectivités, InPACT 37 et ses partenaires socles ont lancé officiellement l’Espace test agricole en agriculture biologique et paysanne de Touraine.

espace test agricoleCette réunion a été l’occasion de présenter aux acteurs du territoire les objectifs et le fonctionnement du dispositif. Les collectivités ont ainsi eu une description globale du dispositif, leur permettant de l’envisager comme un outil de sécurisation des installations agricoles sur leur territoire.
L’accompagnement personnalisé par l’ADEAR 37, l’ancrage au territoire par un groupe d’appui local, le portage juridique et social de l’activité, sont autant de facteurs de réussite pour l’installation progressive d’un.e porteur.se de projet, bien souvent non issu.e du milieu agricole.
Pour continuer sur cette lancée, InPACT 37 organise le 17 mai une visite de l’Espace test agricole du Perche sur le lieu-test de Bretoncelles, en partenariat avec le PNR du Perche, la coopérative d’activité et d’emploi Rhizome, et la communauté de communes Cœur du Perche. Ce sera l’occasion pour les collectivités du 37 de voir sur le terrain comment s’organise un espace test agricole, et, peut-être, de leur donner l’envie de se lancer ! En parallèle, InPACT 37 interviendra sur les Espaces tests agricoles en juin, à St Pierre-des-Corps, lors d’une réunion publique sur la thématique de l’agriculture péri-urbaine organisée par l’association ARIAL.



Des pommiers dans les blés ?

ADEAR 37

C’est le défi que se sont lancé huit paysans d’Indre-et-Loire en suivant les trois jours de formation à l’agroforesterie organisés par l’ADEAR cet hiver.

agroforesterieL’agroforesterie, kesako ? « L’agroforesterie désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et-ou animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. » (Association française d’agroforesterie).

La première journée de formation a permis de remettre les paysans à niveau sur les principes techniques de l’agroforesterie et de les faire exprimer leurs souhaits, les contraintes et atouts de leurs fermes ou encore leurs objectifs dans la plantation. Les deuxième et troisième journées ont ensuite été l’occasion d’affiner les projets, de découvrir les essences d’arbre, de rédiger un bon de commande et surtout de faire des visites techniques. De Manthelan à Rouziers-de-Touraine en passant par L’Île-Bouchard, les projets ont été réfléchis collectivement directement sur les fermes. L’objectif était de se projeter et de partager les expériences !

Pourquoi planter des arbres ? Quand les paysans sont interrogés sur la finalité du projet, de nombreux aspects positifs sont soulignés : « pour communiquer sur nos pratiques auprès des consommateurs, pour des questions d’esthétique paysagère, pour notre bien-être au travail et celui de nos animaux (ombrage, coupe-vent, etc.), pour préserver la biodiversité animale et végétale de nos fermes, pour diversifier nos revenus avec la vente du bois ou des fruits, etc. ».

Quelle suite ? Un vent fertile a soufflé sur ce groupe de paysans puisque la formation a débouché sur quatre projets de plantation à l’automne. Affaire à suivre !

Si vous souhaitez entrer dans une aventure agroforestière, prenez contact avec l’ADEAR : contact@adear37.org
Une nouvelle session de formation sera organisée à l’automne.



Une installation agricole en SCOP : l'exemple de BelĂȘtre

ADEAR 37

Par une belle journée de décembre, Anne Brunner est allée à la rencontre de Mathieu Lersteau, l'un des initiateurs du projet installé à Dolus-le-Sec, entre Tours et Loches. Sur la ferme, ils sont cinq paysans à produire pain et légumes bio. 

Par bien des aspects, la Coopérative paysanne de Belêtre intrigue. Ils sont jeunes, enthousiastes et pleins d'idées. Ils sont à la fois céréaliers, maraîchers et boulangers, et trouvent le temps de partir en vacances entre deux livraisons d'AMAP ou magasins bio locaux. Ils utilisent des méthodes d'animation participative dérivées de l'éducation populaire pour organiser leur travail. Mais qui sont ces producteurs d'un nouveau genre ? Depuis novembre 2016, le groupe est passé d'un statut associatif à celui, encore très rare dans le milieu, de sociétés coopératives de production (SCOP).  « Nous prenons toutes les décisions ensemble. Nous sommes à la fois associés, cogérants et salariés. C'est révolutionnaire dans le monde agricole. »  

Un peu comme un cadeau de printemps, nous vous offrons une plongée dans le quotidien peu ordinaire de la première SCOP agricole en région Centre-Val de Loire : fr.calameo.com/read



Le (prin)temps des AG est terminé !

Inpact37

Les 4 associations du pôle InPACT 37 ont mené leurs assemblées générales respectives entre février et mars, le temps de faire le point sur les activités de l'année écoulée et de discuter des chantiers à venir.

L'ADEAR 37 a évoqué son accompagnement constant des porteurs de projets et a annoncé un chiffre qui réchauffe les cœurs : ses rendez-vous ont permis 77 installations en Indre-et-Loire depuis 2008, toutes productions confondues ! Le GABBTO est revenu sur ses axes de travail : communiquer et sensibiliser sur la bio, accompagner les producteurs déjà dans la démarche et sécuriser les débouchés.

Côté Alter'énergies, AG en petit comité et dans la simplicité, avec le constat que la séparation d'avec ses salariés s'apparente à un deuil et prend du temps. Les bénévoles reconnaissent malgré tout fièrement le succès des éditions 2016 de « De ferme en ferme » et « D'écochantiers en écohabitats », et affirment vouloir poursuivre la mise en place de formations et d'ateliers pratiques. Enfin avec ATABLE, les membres ont autant dîné que travaillé, ce qui augure de belles et bonnes choses quand il s'agit d'alimentation biologique et locale... Nous ne lâchons rien !



Pistes de lecture et de mobilisation

Inpact37

Parce que s'intéresser aux activités d'InPACT 37 et les soutenir, c'est aussi militer pour un monde plus juste, plus vrai et plus beau, nous avons sélectionné quelques articles à diffuser largement auprès de votre entourage !

  • Libérons les poules 

Les lobbys industriels et l'état proposent des mesures de biosécurité plus exigeantes que celles décidées au niveau européen. Ces mesures vont vers plus d'industrialisation de la filière via une plus grande concentration des animaux en bâtiment fermé, qui serait selon ces acteurs une solution contre la grippe aviaire...  Pour la défense des producteurs de volaille plein air et le bien-être de leurs animaux, il existe une pétition en ligne : www.mesopinions.com/petition

  • Reconnaissons les cours d'eau pour éviter qu'ils échappent aux règles contre la pollution 

Enquête menée par Reporterre : reporterre.net

  • Luttons contre les idées reçues sur les prix du bio

« Je vis écolo et ça ne me coûte pas plus cher ! » : reporterre.net

  • Faisons parler bio et circuits courts autour de nous

Deux articles suite à l'AG du GABBTO : ici et ici



Vu de l'intérieur : c'est quoi un café transmission ?

ADEAR 37

Transmettre le lieu où l'on a vécu pendant 30 et quelques années. En parler pour dénouer cette attache, « ça libère » souffle-t-on. Et ça finit par rendre optimiste. Près d'une quinzaine de personnes assistent, ce mardi de février, au café transmission de l'ADEAR 37 à Preuilly-sur-Claise. 

café transmission - crédit : InPACT 37C'est décidé. Son fils ou sa fille ne prendra pas la relève à la ferme. Une fois la nouvelle digérée, les cédants cherchent à vendre ou à louer à des repreneurs qui portent les mêmes rêves qu'eux, pour poursuivre l'aventure. Bouche à oreille, petites annonces, agence immobilière ou sites internet, les solutions ne manquent pas pour trouver la personne idéale.
« J'attends quelqu'un de bien... mais je ne veux pas la refiler à un gros », lâche un participant. Partager des valeurs communes semble en effet la première condition d'une transmission réussie.
« Le coup de cœur est pour la ferme, mais avant tout pour les exploitants en place » glisse une repreneuse, auquel le cédant réplique en riant : « Et nous, on essaie de lui apprendre à marcher ». Le rôle de ce dernier est déterminant : faire le lien, conseiller sans s'imposer... Son soutien s'avère précieux pour le futur installé. Cesser son activité n'apparaît plus alors comme une fin. Au fil des échanges, la peine se dissipe et de nouveaux horizons se dessinent. Comme cette idée que l'histoire continue, que l'on a créé quelque chose intégrant un mouvement bien plus grand : celui du travail des hommes avec la terre.



De l'urgence de faire de l'agriculture citoyenne et territoriale la norme

Inpact37

L'émission télé et websérie « DataGueule » s'est récemment intéressée au domaine agricole à travers la vidéo « Agriculture industrielle : produire à mort ».    

Faire de l'agriculture citoyenne et territoriale la norme - crédit : ADEAR 37Il y est proposé un constat sur la situation agricole mondiale actuelle, et les données chiffrées avancées amènent à une conclusion sans appel : l'urgence de réajuster les politiques et les pratiques agricoles et alimentaires est plus pressante que jamais.
« Changez la terre en or et vous marcherez bientôt sur un lingot stérile » annonce la voix off en ouverture. Le ton est donné !
François Léger, enseignant à AgroParisTech, livre les conclusions de ses recherches sur les agricultures alternatives, qui prônent une conception durable de l'acte de production. Il affirme catégoriquement que « la pensée écologique est beaucoup plus sophistiquée et plus moderne que la pensée artificialisante ». Elle intègre l'agriculture dans son environnement et voit plus large. Selon lui, le défi est d'encourager une action collective locale en ce sens, et d'aller au-delà en cherchant à fédérer ces actions sur le territoire, ce qui ne se fera pas sans la reconstruction d'un lien avec les citoyens.
C'est le travail quotidien des associations d'InPACT 37. Impliquez-vous en soutenant nos activités : adhérez, faites un don, offrez du temps, chaque contribution est la bienvenue !

Voir la vidéo : www.youtube.com



Le pÎle cÎté coulisses

Inpact37

En janvier et février, petit ballet au sein de l'équipe salariée : tandis que Audrey Boudrot a rejoint l'ADEAR 37, Maxime Poquet est arrivé au GABBTO et Julie Joyez a pris la relève au poste de chargée de communication d'InPACT 37.

les petits nouveaux !Audrey a passé 8 mois à CAP 44 (équivalent de l'ADEAR) auprès des paysans de Loire-Atlantique sur des missions de soutien à des projets collectifs de commercialisation en circuits courts. Elle s'occupe dès ce mois-ci des groupes d'échanges de pratiques et des circuits courts, ainsi que de l'animation de l'association.
Maxime a été animateur agricole pour la reconquête de la qualité de l'eau pour la production d'eau potable dans les Deux-Sèvres. Il est désormais chargé de la sensibilisation des agriculteurs conventionnels et du grand public vis-à-vis du bio et de l'accompagnement à la conversion des porteurs de projet, ainsi que des missions « eau et bio ».
Après des études en histoire et cultures de l'alimentation, Julie a travaillé dans le domaine de la communication dans le milieu culturel de la région et auprès de vignerons bio. Elle est aussi la coordinatrice des Rencontres nationales des agricultures qui ont eu lieu à Fondettes en 2016, sous l'impulsion d'InPACT national et de la Confédération paysanne.

Pour contacter Audrey Boudrot à l'ADEAR 37 : audrey.boudrot@adear37.org | Maxime Poquet au GABBTO : gabbto.animation@bio-centre.org | Julie Joyez à InPACT 37 : julie.joyez@inpact37.org



Retour sur 2016

Inpact37

Janvier, c'est le mois des vœux, des bonnes résolutions... des bilans aussi ! Nous avons voulu nous pencher sur 2016 que nous venons de laisser filer.

crédit : Carole SauvadetAlors que les financements publics ont joué au yo-yo (moins 40 000€ de la part du Conseil départemental, pas de nouvelles du Conseil régional), InPACT 37 a réussi à passer le cap du premier trimestre 2016 en comptant sur le soutien des citoyens, adhérents de ses associations ou non : l'appel à financement participatif a été un succès avec près de 11 000€ récoltés.

Nous avons pourtant dû cumuler les efforts. Deux emplois supprimés au sein du pôle, un poste passé à temps partiel... un déménagement pour bénéficier d'un loyer moins élevé.

Malgré tout, InPACT 37 et ses bénévoles ont tenu bon. Les associations se sont impliquées dans les Rencontres nationales des agricultures qui ont eu lieu à Fondettes en octobre, avec le réseau InPACT national et la Confédération paysanne. Biotyfoule, le salon des vignerons bio tourangeaux a attiré à nouveau une foule d'amateurs de beaux jus avec ses 3000 visiteurs en novembre. Les temps ont été durs mais nous sommes toujours là et nous aurons besoin de vous pour continuer à défendre ce en quoi nous croyons !



Un espace-test, c'est quoi ?

Inpact37

Depuis 2011, la réflexion sur les espaces-tests agricoles a été lancée en Indre-et-Loire, elle devrait prendre forme cette année !

Champ de poireauxL'espace-test est un dispositif destiné à mettre en œuvre des projets d’installation agricole durables. InPACT 37 intervient en assurant la coordination dans sa globalité.

Au centre ? Un paysan qui souhaite entreprendre sans risque pour démarrer et ainsi tester son activité. Appuyé par des structures locales d'accompagnement, l'ADEAR 37 notamment, il va pouvoir concrétiser son projet dans un lieu-test mis à sa disposition. Cela peut être sur un terrain appartenant à une collectivité, un lycée agricole, chez un particulier... Il commence à exercer son métier tout en bénéficiant du portage juridique et social de son activité, qui peut se faire par exemple par l’hébergement d’une couveuse d'entreprise, qui s'occupe pour lui de la partie administrative (location des parcelles, comptabilité, règlement des factures, etc.).

Le futur installé est soutenu également par un groupe d'appui local identifié, composé par exemple de paysans, de citoyens intéressés par la démarche, et par d'autres partenaires tels que le GABBTO sur des questions techniques. C'est un véritable réseau d'échanges qui ancre une dynamique de territoire.

Pour en savoir plus sur les espaces-tests, contacter Sarah Da Petitot, chargée de développement agricole territorial : sarah.da.petitot@inpact37.org



Brèves 11 à 20 sur 276

InPACT 37 - 8 allée des rossignols - 37170 Chambray-lès-Tours - Tél. 02 47 86 39 25 - contact@inpact37.org