BrŤves du rťseau

InPACT 37 en lien avec les collectivités

Inpact37

InPACT 37 veille à apporter des clés de compréhension aux collectivités sur les besoins quotidiens et les contraintes des paysans.

L'objectif est de permettre une vision juste des réalités d’une installation agricole pérenne et leur permettre d'appuyer au mieux celles de leur territoire.

Dans le cadre de l'accompagnement au projet d’installation de Guillaume, futur maraîcher à Saint-Pierre-des-Corps, InPACT 37 a convié élus et agents de développement à la visite d’une exploitation maraîchère bio le lundi 15 avril dernier.

Le Biotope a ouvert les portes de son site à Montlouis-sur-Loire à Marie-France Beaufils, maire de Saint-Pierre-des-Corps, Barbara Rivière, responsable du service urbanisme, et Jacques Le Tarnec, vice-président de Tours métropole. D’autres acteurs de collectivités de Touraine se sont joints à la délégation, et c’est ce groupe d’une dizaine de personnes qui s'est laissé guider par Philippe Riffard, créateur du Biotope, avec son épouse Christine.

Durant la visite, les participants ont parlé bâtiment : « il est nécessaire de concevoir un bâtiment ergonomique si on ne veut pas que le.la maraîchèr.e s’épuise physiquement », « on a besoin d’espace pour pouvoir stocker le matériel d’irrigation et les voiles d’hivernage dans de bonnes conditions », mais aussi techniques de production ou encore stratégie commerciale : « aujourd’hui, avec l’instabilité climatique d’une saison à l’autre, un coût de revient en maraîchage se calcule sur 10 ans ». Le groupe s’est aussi inquiété des puits qui se remplissent plus lentement qu’auparavant.

L’après-midi s’est terminée par une réunion de travail entre Tours métropole, Saint-Pierre-des-Corps, Guillaume et InPACT 37 pour discuter des réponses techniques à apporter à son projet d’installation en maraîchage bio, au regard des potentialités du site et des contraintes du projet, pour planifier les étapes, les échéances, et pour répartir les rôles de chacun.



L'installation-transmission dans la presse

En février dernier, la Nouvelle République faisait paraître un numéro spécial sur l'installation et la transmission agricoles.

Sous-titrée "Nouvelle génération, nouvelles agricultures", cette édition faisait la part belle aux initiatives du réseau, notamment la Coopérative d'installation en agriculture paysanne et le stage Paysan créatif.

Lire l'article "Les premiers blés du Paysan créatif"

Lire l'article "Couver le parcours des entrepreneurs"



"Et la bio dans tout ça ?"

GABBTO

Dans le cadre du Grand débat national, le GABBTO a organisé une réunion d'initiative locale, avec le soutien d'InPACT 37.

L'objectif était de donner la parole aux citoyens d'Indre-et-Loire, tant producteurs que consommateurs, afin qu'ils s'expriment sur les moyens engagés pour le développement de l'agriculture biologique.
Tandis que les agriculteurs bio veillent à mettre en œuvre des pratiques répondant aux enjeux environnementaux et aux attentes de la société, les politiques mises en place ne semblent pas correspondre aux véritables besoins de la filière. Une quarantaine de personnes ont participé à ce débat le mercredi 27 février à Manthelan, pour discuter des acquis et des marges de progrès. Les 21 propositions issues de cette rencontre ont été transmises au gouvernement selon les modalités officielles.

Lire le compte-rendu



Dans la fra√ģcheur de la cressonni√®re

Inpact37

Isabelle Giorgi et Alain Tesson sont installés depuis deux ans à Courçay, à une vingtaine de minutes au sud de Tours.

Après des vies professionnelles bien éloignées des champs, les voilà tous deux à investir une cressonnière à l’abandon. Des canaux, des bâches, c’était d’abord un peu difficile d’imaginer les jolies feuilles de cresson par cette journée humide de fin d’automne. Le grand jardin est entouré d’un bois, comme un écrin dans lequel le cresson pousse à l’abri. L’eau file doucement dans les allées. Jamais stagnante.

Dans ces conditions idéales, la plante revêt un vert émeraude intense et développe sa saveur poivrée caractéristique. Après un tour du terrain et la dégustation de quelques brins, nous nous installons autour d’une boisson chaude et d’une assiette de biscuits, le temps d’un entretien avec le couple de cressiculteurs. Oui, le cresson est délicat et il faut le traiter avec douceur. Non, ce n’est pas une production courante, encore moins en agriculture biologique.

Pour tout savoir sur le parcours d’Isabelle et Alain et découvrir où trouver leurs bouquets, écoutez la nouvelle émission produite en partenariat avec la RAJ, radio locale de Montbazon, « Croquez le portrait ! ». Chaque mois, Delphine La Carbona, diététicienne-nutritionniste (« Que dit la diét ? »), et Julie Joyez, chargée de communication d’InPACT 37, partent à la rencontre des producteurs locaux et croquent leur portrait pour vous, comme une invitation à vous approvisionner chez eux.

Écouter le premier numéro de « Croquez le portrait ! »



2019 : l’agriculture paysanne et bio, plus que jamais !

Inpact37

Alors que 2019 est déjà bien entamée, nous vous proposons de revenir sur les activités d'InPACT 37 et des associations-membres de ces derniers mois.

L’ADEAR 37 a vu son équipe s’agrandir au printemps avec l’arrivée de Gabrielle Bordes qui travaille sur la transmission des fermes en agriculture paysanne. Les quatre salariées de la structure n’ont pas ménagé leurs efforts tout au long de l’année 2018 pour offrir aux paysans du département des formations pertinentes et des accompagnements avisés de leurs projets. La fête paysanne de septembre et les Ateliers de la transmission ont été des temps forts des activités de l’association.
ATABLE a œuvré tout le début d’année, de pauses déjeuner en réunions d’après-travail, pour concocter la troisième version du célèbre guide pour manger bio et local en Touraine. Et cet outil, décidément dans l’air du temps, est maintenant entièrement numérique. Utilisable sur ordinateur, tablette ou smartphone, le site www.tourainebio.org est à visiter absolument, et pourquoi pas à enrichir vous-même si vous rencontrez un.e producteur.trice encore non référencé.e.
Alter’énergies s’est mobilisée pour préparer une nouvelle édition de « De ferme en ferme » fin avril, qui a permis aux citoyens d’aller visiter les fermes d’une quinzaine de paysans tourangeaux ayant fait le choix d’une agriculture durable. Après une pause en 2018, la manifestation « D’éco-chantiers en éco-habitats » reviendra en 2019.
Le GABBTO a poursuivi son travail de développement de l’agriculture biologique et biodynamique en Touraine et a recruté Romain Fredon au poste de conseiller « grandes cultures biologiques » tout début septembre. Le salon des vignerons Biotyfoule a attiré environ 2200 visiteurs cet automne. L’association a également participé à Ferme Expo.
Enfin, InPACT 37 a continué ses actions de sensibilisation des citoyens à une agriculture biologique et paysanne et d’accompagnement des collectivités. De nombreuses rencontres avec des communautés de communes du département et quelques « apéros citoyens » et émissions « De bouches à oreilles » plus tard, l’engagement se poursuit plus que jamais.

Voir le diaporama



Vous avez rendez-vous avec InPACT 37… en FM

Inpact37

Depuis l’automne 2017, InPACT 37 propose l’émission « De bouches à oreilles » sur Radio Active, antenne locale diffusée autour de Montlouis-sur-Loire et Amboise.
Animé par la journaliste Audrey Martin, ce temps est imaginé comme un rendez-vous avec vous, citoyen ou citoyenne d’Indre-et-Loire ! Il est retransmis également via la radio RFL 101 (Radio Fréquence Luynes). L’objectif est de parler des activités des associations du réseau agricole, en évoquant des initiatives du territoire. Chaque premier mardi du mois aux environs de 18h, un sujet d’actualité est abordé à travers le prisme de l’agriculture paysanne et biologique : le bio à la cantine, l’installation en tant qu’éleveuse laitière, l’habitat participatif, les épiceries citoyennes, sont autant de thèmes qui ont été traités au cours des dernières émissions. Une trentaine de minutes pour se frotter au quotidien de vos voisins, de la ferme au développement agricole, en passant par les associations environnementales et de réduction des déchets, c’est la proposition de Radio Active et InPACT 37 pour vous permettre de saisir un peu les réalités des acteurs locaux qui œuvrent à mettre des valeurs éthiques dans leur travail. Et comme le dit une source proche de l’émission : « J’aime bien enregistrer ces entretiens avec InPACT, ça me donne toujours beaucoup d’espoir ! ». Et c’est prometteur, l’espoir, non ?

Écouter les émissions précédentes en podcast

Prochain numéro : mardi 5 mars à 18h10 « Rencontre avec la SEPANT : que se passe-t-il dans la Nature au printemps ? »



Les élections professionnelles agricoles : l'heure des résultats

Inpact37

Les élections professionnelles des Chambres d’agriculture ont eu lieu en janvier 2019. Les résultats ont été annoncés il y a quelques jours.

Les taux de participation en Indre-et-Loire sont peu importants : 46.39% dans le collège exploitants, 33.42% dans le collège retraités, et chez les salariés d'exploitations 10.77%, salariés d'organismes agricoles 19.38%.

Dans le collège expoitants: la Confédération paysanne de Touraine a obtenu 15.51% des votes (1 siège), soit 2,44% de plus qu'en 2013, l'UDSEA 50.33% (-2,94%) (14 sièges), la Coordination rurale gagne 0.5% de 33.66% à 34.16% (3 sièges).

Dans le collège retraités : la Conf' perd 1.14%, de 17.67% à 16.53% en 2019 (pas de siège), l'UD perd 9.27%, de 52.63% à 43.36% (le seul siège), la CR gagne 10.41%, de 29.70% à 40.11% (pas de siège).

Salariés d'exploitations : CFTC 2 sièges, CFDT 1 siège, CGT pas de siège.

Salariés d'organismes agricoles : CFDT 2 sièges, CGC 1 siège, CGT pas de siège.

Voter a une incidence sur la vie de chaque agriculteur.trice, même s’il ne fréquente pas les Chambres. Si un syndicat à vocation générale agricole (FNSEA-JA, Coordination rurale, Confédération paysanne, Modef) recueille plus de 10 % de votes dans le collège exploitant aux élections des Chambres d’agriculture, il obtient un droit à siéger dans des instances essentielles dans la vie des paysans et au sein desquelles l’approche peut être très différente d’un syndicat à l’autre :

- Les commissions départementales d’orientation de l’agriculture (CDOA) qui donnent leur avis sur les projets d’installation des futurs agriculteurs et les aides DJA, les demandes individuelles d’agrandissement des exploitations, les demandes d’autorisation d’exploiter,

- Les comités techniques SAFER pour la vente des terres agricoles,

- Les tribunaux des baux ruraux qui tranchent en cas de problèmes de fermage,

- Le fonds Vivea qui permet aux paysans de se former.

Les syndicats ont un rôle très important dans le monde agricole : ce sont eux qui ont le pouvoir d’en dessiner les contours ! Chaque paysan.ne inscrit.e sur les listes électorales est invité.e à voter, pour une Chambre d'agriculture enfin plurielle, à l'image de la diversité de notre agriculture.

(Source du texte : FADEAR)



La commune de Huismes recherche son.sa mara√ģcher.e AB

Inpact37

La commune de Huismes, 1500 habitants, située à 8 km au nord de Chinon et à 45 km de Tours, a la volonté de favoriser l'implantation de nouveaux agriculteurs sur son territoire, et en particulier d'un.e maraîcher.e en agriculture biologique. 

Une dizaine d’hectares en friche pourront accueillir un ou plusieurs porteur.se.s de projet en fonction du ou des projets, au sein d'une même structure ou de plusieurs entités différentes. Il est envisageable de diversifier la production avec un petit élevage avicole, de l'arboriculture, des petits fruits, etc. D'anciennes cressonnières sont présentes sur la commune et peuvent être envisagées en diversification de production.

Une visite collective des lieux est prévue le lundi 4 mars à 10h.

Pour plus d’informations cliquez ICI.

Pour vous inscrire à la visite collective, merci d'envoyer votre manifestation d’intérêt à sarah.da.petitot@inpact37.org avant le 1er mars.



Transmettre sa ferme en Sud Touraine

ADEAR 37

Le jeudi 13 décembre 2018 ont eu lieu les Ateliers de la transmission au foyer rural de Ligueil.

Ils sont le fruit d’un travail préparatoire collaboratif entre l’ADEAR 37, la Chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire et la Communauté de communes Loches Sud Touraine. Toute personne concernée par la transmission des fermes et leur reprise était la bienvenue lors de cette journée d’échanges. L’objectif de la rencontre était clair : à partir de situations réelles et anonymes, les participants ont dû travailler à la résolution des problèmes évoqués.

C’est le psycho-sociologue Dominique Lataste qui a accompagné les trois groupes d’une vingtaine de personnes. Ainsi, agriculteurs, porteurs de projet, élus ou salariés de collectivités et de structures locales  se sont retrouvés à plancher sur ces exercices ensemble. Un cas-type, un questionnaire court à compléter seul.e, puis un temps de mise en commun avec tous les membres du groupe ont permis d’orienter les discussions. Dès les premières minutes, un paysan réagit : « Le fils est trop jeune pour s’engager, je ne comprends pas l’attitude des parents ! ». Les uns évoquent un choc des générations, des difficultés à communiquer au sein de la famille et un manque de confiance de la part du père et de la mère. Ils ont fait le choix de céder leurs terres aux voisins, en raison de la volonté du jeune homme de prendre le temps d’aller vivre une expérience professionnelle dans un autre département avant de concrétiser la reprise familiale.

Quels outils proposent les participants ? Mieux anticiper la cession par exemple, se poser la question quatre ou cinq ans avant le départ en retraite. Un autre agriculteur se fait plus compatissant envers les parents : «  Dans notre métier, il y a un lien charnel à la terre, ils n’ont qu’un scénario en tête et veulent que leur fils le reproduise durant 30 ou 40 ans à son tour ». La parole se libère et il faut laisser de l’espace à chacun pour s’exprimer sur ce sujet toujours sensible : « J’ai l’impression d’être à l’école aujourd’hui », entend-on au détour d’une restitution.

Tous sont d’accord sur la nécessité de parler et surtout de se faire accompagner : il faut une personne extérieure avec des compétences en matière de psychologie pour favoriser un dénouement apaisé. Il faut aussi apprendre à s’avouer ses peurs et répondre à la question formulée par un paysan : « Quand je suis né dans la ferme que je vais bientôt transmettre, comment je me reconstruis et me refais une vie après ça ? ». Une vingtaine de participants se sont manifestés pour poursuivre ce travail de réflexion à l'issue des Ateliers.

Vous avez le projet de transmettre votre ferme ? Contactez Gabrielle Bordes, animatrice transmission de l'ADEAR 37 : gabrielle.bordes@adear37.org / 09 66 89 52 16.



Porteurs de projet : comment financer vos formations ?

ADEAR 37



Malgré la mobilisation des associations agricoles d’InPACT national (ADEAR, AFOCG, Atelier paysan…) et de la Confédération paysanne, des évolutions récentes remettent en cause le financement par le fonds VIVEA
des formations à destination des porteurs de projet. Parce que la formation en amont de l’installation apparaît indispensable, l’ADEAR 37 vous propose quelques pistes pour que vous puissiez continuer à vous former pour vous installer en agriculture paysanne. Contactez-nous si vous avez des questions, nous ferons au mieux pour vous aider : ADEAR 37 > contact@adear37.org / 09 66 89 52 16.

Consulter le communiqué de l’ADEAR 37 et de la Confédération paysanne



Brèves 1 à 10 sur 301

InPACT 37 - 8 allée des rossignols - 37170 Chambray-lès-Tours - Tél. 02 47 86 39 25 - contact@inpact37.org