Pour une agriculture locale

Une perte rapide d’espaces agricoles au profit de l’artificialisation…

 

Selon le Ministère de l'Agriculture, entre 2006 et 2009, 279 000 ha de terres agricoles ont été perdues en France, 20 000 ont été rendus à la nature (boisement, friches, etc.) et 259 000 ont été artificialisés (immeubles, lotissements, parking, routes, etc.). C'est environ 86 000 ha de terres agricoles qui disparaissent chaque année en France au profit de l'urbanisation, soit l'équivalent d'un département français de taille moyenne tous les 7 ans.


La région Centre est en tête des régions françaises en terme de perte de terrain agricole avec une réduction de près de 4 800 ha/an, ce qui représente une perte de production agricole annuelle de 4 M€ par an.  La perte de terre agricole alimente pour 3/5ème l’artificialisation et pour 2/5ème les espaces naturels et boisés. Le rythme d'accroissement de l'artificialisation est le même que celui de la métropole avec 0,8% par an et représente environ 3 500 ha/an.

 

Le phénomène de consommation d’espace, aux dépens des surfaces agricoles, tend à s’accélérer. En Indre-et-Loire, plus de 1000 ha de terre agricole disparaissent chaque année, cela représente 100 ha/mois, 3 ha/jour. Alors qu'en 50 ans, la population du département a doublé, les surfaces urbanisées ont quadruplé.

 

L'artificialisation des terres s'observe surtout sur les zones péri-urbaines où les espaces agricoles sont considérés comme une réserve foncière pour l'urbanisation (construction de lotissements, de zones d'activités économiques, etc.) et subissent donc les conséquences de l'étalement urbain. Ainsi, si la surface agricole a diminué de 3% en 10 ans sur le département, elle a diminué de 8% sur l'aire du SCOT (Schéma de COhérence Territoriale de l'Agglomération Tourangelle).

 

avec pour corollaire la difficulté à maintenir de l’agriculture dans des zones à enjeux forts

 

La pression foncière qui s'exerce sur certaines zones entraine une surévaluation du prix du foncier et donc des difficultés de maintien et de création d'activités agricoles là où il existe pourtant un enjeu fort à préserver une agriculture durable et de qualité.

 

C'est en effet en périphérie des grands bassins de vie (agglomération tourangelle par exemple) que les enjeux de maintien d'une activité agricole de proximité sont les plus forts. La demande des citadins pour une nourriture de proximité, de qualité, saine et respectueuse de l’environnement étant de plus en plus importante.

 

Face à ce constat, les collectivités territoriales (communes, communautés de communes, etc.) et les citoyens possèdent des moyens d'actions afin de maintenir, créer et aménager des zones à vocation agricole sur leur territoire.

InPACT 37 - 8 allée des rossignols - 37170 Chambray-lès-Tours - Tél. 02 47 86 39 25 - contact@inpact37.org